recherche avancée

Chargement
We Hate You Please Die
We Hate You Please Die
Ville
Rouen
Création
01/01/2017
C’est une sensation…Tout part d’une sensation… La sensation d’être bloqué dans un mauvais rêve, les yeux ouverts, sans pouvoir bouger d’un millimètre… Dans ce cauchemar on voit la mort arriver, on s’observe vieillir, on voit la jeunesse filer, la peur de grandir nous étreint. On ressent avec force l’étouffement et la saturation, ceux d’un monde qui se perd dans sa dissonance cognitive, donnant des générations désorientées, éduquées dans un monde où la compétitivité et la méritocratie sont prioritaires à l’émotion et à la sensibilité. We hate you… please die.

Le résultat : des cerveaux défaillants, la difficulté de trouver sa place, les sentiments d’impuissance et d’urgence mêlés, les neurones courtcircuités, des voies sans issue, une jeunesse plaquée au sol avec l’envie de voler. Alors instinctivement on sent que la fureur est nécessaire, elle sera distribuée avec amour, on sent que l’explosion énergétique sera salvatrice, qu’il faut cracher les mots, le monde et son déraillement, pour s’en libérer. On laisse la colère monter. On la sent dans nos veines. On sent les fourmis dans les pieds, les jambes, le corps tout entier, les mouvements son irrépressibles et rien ne pourra les arrêter. We hate you… please die.
L’ambition du groupe c’est de remettre la fureur au goût du jour à grands coups de fuzz sans oublier quelques gouttes de pop. We Hate You Please Die recherche une certaine transe, celle qui ne s’encombre pas des genres même si la base garage/punk rock est bien là. Du brut et de l’électricité, la volonté de concerts énergiques et cathartiques durant lesquels l’équation se composerait de Ty segall, des Cramps, Fucked Up ou des Stooges. La viscéralité et l’émotion sont la base du projet, le groupe est engagé et attentif aux questions sociétales et environnementales, aiment faire chanter la foule et s’y frotter.

Se débattre sur la scène en mouvements désordonnés pour faire tomber la gangue. Se débattre pour faire craquer la croûte boueuse de poussière séchée qui recouvre nos corps et nous empêche de bouger, de nous mouvoir en toute liberté. S’extraire de la boue, par tous les moyens s’en dégager, s’extraire de la camisole, la déchirer avec les dents, l’avaler, la manger, courir pour s’échapper, et trouver les responsables, les coller au mur et dans un souffle puissant hurler : « WE HATE YOU PLEASE DIE » Cessez de suffoquer. WHYPD : Une bouffée d’oxygène, la tension nécessaire, dents serrées, cordes vocales rougies, airs bon enfant, lutins bondissants, boucles blondes, brunes, bleues, des filles, des garçons, des garçonsfilles et des fillesgarçons, on s’en fout, l’époque est transgenre. Un goût de métal dans la bouche, mais chaud et sucré. En colère WHYPD… Mais une colère bienveillante, nourrissante, vitaliste, solaire, comme si Son Goku se prenait pour Iggy Pop, ou si Hulk vous susurrait à l’oreille « i feel lonely ». We hate you… please die.

C’est l’époque et sa jeunesse qui frappe à ta porte, on les croyait cyniques, amorphes, pleins de désillusions, baignant dans la technostructure les yeux hagards, abandonnés à l’argent tout puissant face à un avenir apocalyptique, minés par la peur, paralysés de mille angoisses et puant la sueur acre d’un mauvais rêve, comme bloqués dans une sorte de paralysie du sommeil, avec sur leurs ventres des succubes pesants aux regards hantés des peintures de Goya ou plongés dans l’univers des photos cathartiques de Nicolas Bruno… On se trompait. Et WHYPD est prêt à en découdre avec ce monde agonisant, l’angoisse, la fatalité et la mort. Et attention tu as du sang qui coule de ton nez, de tes oreilles, de ta bouche… We hate you, please die ! Tu es vivant, souris en serrant les dents.
Par Emmanuel Gouache
Suggestion

Linoleum

discographie

Kids are Lo-Fi

2018

  • 1. Rita Baston 2:47
  • 2. Melancholic Rain 2:44
  • 3. Minimal Function 3:04
  • 4. Hortense 1:59
  • 5. Got The Manchu 3:34
  • 6. True Men Don't Drink Milk 2:25
  • 7. Figure It Out 7:02
  • 8. Kill Your Buddy 2:31
  • 9. Structure 2:10
  • 10. We hate You Please Die 4:49


news