recherche avancée

Chargement
interview
de Maison Bougainville

Interview #16

Maison Bougainville


1/ Bonjour Maison Bougainville, pouvez-vous vous présenter ?
Bonjour, je fais de la musique sous le pseudonyme de Maison Bougainville depuis 2012. Après avoir joué de la guitare et de la basse depuis mes 15-16 ans, je me suis ensuite tourné vers la musique électronique quand j’avais 18 ans environ. J’avais envie de pouvoir m’affranchir des contraintes que l’on peut avoir quand on joue dans un groupe et retrouver une plus grande liberté de composition. Je voulais être en quelque sorte comme un petit chef d’orchestre en créant et en jouant un peu tous les instruments possibles et imaginables.

2/ Comment définiriez-vous votre style de musique ? Quelles sont vos influences ?
Je dirai que je fais de la musique « électronique » tout simplement car cela permet d’y mettre un peu toutes les possibilités et variantes d’aujourd’hui, sans avoir à se limiter à un style en particulier. Je pense que c’est ce qui correspond le mieux : cela laisse une plus grande liberté plutôt que de dire house, electro ou chill par exemple.
Concernant mes influences, il y a beaucoup de choses qui m’inspirent mais je dirais que le premier album de Daft Punk « Homework » est celui qui m’a le plus marqué quand j’étais petit. Ensuite, beaucoup d’influences sont venues s’y ajouter : aussi bien du rock que du rap et bien sûr de la musique électronique. Aujourd’hui, il y a Metronomy qui est pour moi une grande influence mais aussi des producteurs comme Noah « 40 » Shebib, qui produit des instrus très caractéristiques pour Drake.

3/ Vous avez sorti votre second projet intitulé Haliotropisme il y a peu vous pouvez nous en parler ?
C’est un projet que j’avais en tête depuis longtemps. Je voulais rassembler un peu tout ce qui fait l’identité de notre littoral seinomarin tout en le sublimant. Je voulais vraiment essayer de capter cette ambiance particulière en y mêlant mes souvenirs plus ou moins personnels et mélancoliques. Certaines musiques ont été composées pour la première fois il y a maintenant un petit moment. Je les ai retouchées des dizaines de fois pour que toutes les pistes soient cohérentes et que l’album puisse évoquer une certaine histoire selon les personnes qui l’écoutent. J’y ai glissé également différentes références que ce soit dans les samples ou les sonorités utilisées. J’espère que cela peut évoquer le littoral à quiconque, peu importeoù  il ou elle se trouve, au bord de mer, tranquillement installé chez soi ou dans sa voiture. En tous cas, c’est un projet que j’avais vraiment à cœur et je suis très content aujourd’hui qu’il ait vu le jour.

On sent un changement par rapport au projet précédent.
Il y a eu effectivement un changement avec mon premier EP ! En fait, « Bougainstrus » est une sorte de compilation d’instrumentaux que j’avais réalisés pour un ami qui fait de la musique sous le nom de CL( )WN. Quand il a commencé à rapper je lui avais fait une ou deux instrus, c’était la première fois que je faisais ça mais l’idée me plaisait bien. On a donc commencé à travailler ensemble puis de quelques instrus, en sont sorties d’autres jusqu’à pouvoir réaliser un EP complet. Produire des instrumentaux permet de sortir un peu de ses habitudes et d’explorer de nouvelles sonorités, de nouveaux univers en quelque sorte. Comme je n’aime pas être bloqué dans un style en particulier, composer pour soi ou bien produire pour quelqu’un d’autre me convient parfaitement. Et pour en revenir à comment je définirai mon style, aujourd’hui je trouve que produire des instrumentaux de rap ou hip-hop, c’est autant de la musique électronique que de faire de la house ou de la techno : les producteurs ont recours aux mêmes logiciels, aux mêmes instruments, etc. La frontière entre les différents styles est très fine.

4/ Comment se passe le travail de composition ? Qu’est-ce qui vous inspire ?
Le plus souvent j’aime être au calme, ça peut paraitre bête mais il faut qu’autour de moi tout soit bien organisé. Je ne peux pas composer si tout n’est pas parfaitement à sa place. Une fois ça de fait, c’est déjà un bon début pour moi afin de commencer à composer. Je suis souvent inspiré par des images, des vidéos, des visuels. Ça commence souvent comme ça d’ailleurs, une vision de quelque chose que j’essaye de retranscrire ensuite en sons. Parfois c’est une sonorité en particulier qui me plait, et que j’isole ou bien que je vais essayer de recréer pour ensuite développer tout un thème. Par contre, je suis assez lent dans le processus de composition car je suis assez perfectionniste. Je peux passer deux semaines ou plus à trouver le snare parfait, le son que j’ai en tête etc. Ça rend fou parfois car tu as l’impression de n’avancer à rien mais quand tu réécoutes ce que tu as composé tu te dis que ça en valait quand même la peine au final.

5/ Pensez-vous déjà à un nouveau projet ?
Oui bien sûr, j’ai plusieurs projets en tête. J’ai pas mal de compositions en attente qui pourraient rentrer dans différents projets d’EPs. Il y a un peu de tout : aussi bien des musiques dansantes que des pistes qui se rapprochent de ce que j’ai pu faire avec « Bougainstrus ». J’ai aussi un projet musical de 4-5 titres maximum qui serait radicalement différent de tout ce que j’ai pu faire par le passé et qui explorerait des sonorités que je n’ai pas trop utilisé. Ça resterait électronique évidemment mais dans un tout autre univers… Je dois encore composer les musiques mais les idées et les visuels sont là. Je ne sais pas quand cela pourrait sortir mais le résultat pourrait être plutôt cool à écouter.

6/ Des sets sont-ils prévus pour défendre ce projet ?
Pour le moment c’est en cours. Le plus souvent je mixe soit mes propres musiques ou bien la musique que j’aime, qui me fait danser, qui m’inspire mais j’avoue qu’entre le mix et le travail de composition : je préfère quand même la création. C’est sûrement par timidité, je dirais. Du coup, je suis beaucoup plus studio que scène même si ça me plait bien aussi et que j’aimerai vraiment le développer beaucoup plus. En ce moment, je travaille justement à créer quelque chose en rapport avec la scène d’ailleurs, je voudrais innover, faire quelque chose d’un peu inhabituel ou inédit…

7/ Pour finir vous écoutez quoi en ce moment ?
Plein de choses ! Pas mal de musiques électroniques mais aussi d’autres styles. J’écoute en boucle un groupe qui s’appelle Wavves ! C’est un groupe de rock qui vient de Californie. J’adore l’atmosphère qui se dégage de leur musique et je me retrouve totalement dedans. En fait je devrais plutôt dire sa musique car c’est le chanteur et guitariste Nathan Williams qui écrit et compose tout lui-même un peu à la manière d’un Joseph Mount (Metronomy) qui est lui aussi le seul à créer. Je crois que j’aime bien ce genre de musiciens capables de tout faire, ce genre de têtes pensantes qui touchent à tout. J’imagine que d’une certaine manière c’est un peu ce que je recherche à faire aussi dans ma musique ; surtout qu’aujourd’hui on a la possibilité avec la musique électronique de pouvoir inclure n’importe quels instruments. On peut aussi bien mettre un clavier retro qu’un synthétiseur à la sonorité improbable ou bien du tabla traditionnel qu’un kick de TR-808 très électronique, du trombone ou même la harpe si on en a envie. Tout est possible avec la musique électronique !

Retrouvez Maison Bougainville sur la Sonothèque Normandie

news